respecter


respecter

respecter [ rɛspɛkte ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1554; respoitier « épargner » 1155; de respect
1Considérer avec respect, honorer d'une déférence profonde, marquée. révérer, vénérer. Respecter ses parents. La discipline « exige aussi que le chef soit digne d'être respecté » (Maurois). Professeur qui sait se faire respecter (aussi craindre) . Spécialt Traiter avec respect, en évitant de choquer. « Mais le lecteur français veut être respecté » (Boileau). S'abstenir de toute privauté avec (une femme). « Le jeune duc aimait les femmes; [...] il n'était à son aise qu'avec celles qu'on ne respecte pas » (Balzac).
2Conserver en bon état. Respecter la nature. Respectez les pelouses ! ne marchez pas dessus. Respecter les lieux publics. Reproduction qui respecte les couleurs. Ces vandales ne respectent rien ! « Tuez les hommes, mais respectez les œuvres » (R. Rolland). Fig. Ne pas porter atteinte à. « Les Romains respectaient la lettre aux dépens de l'esprit » (Michelet). garder, observer. Respecter les convenances, les formes. « Je respecte la tradition, les coutumes, les lois établies » (A. Gide). obéir (à). Respecter l'intégrité territoriale de la France. Respecter une opinion, à défaut de la partager. Ne pas troubler, ne pas déranger. Respecter le silence. Respecter une grande douleur. Faire respecter l'ordre public.
3Tenir compte de. suivre. Respecter la mesure. Respecter les proportions.
4 ♦ SE RESPECTER v. pron. Agir de manière à conserver l'estime de soi-même.
Loc. adj. Fam. QUI SE RESPECTE : qui est fidèle à son métier, à ce que la tradition veut qu'il soit. L'artiste qui se respecte travaille avec désintéressement. (Par plais.) Digne de ce nom. « Ce besoin de forfanterie [...] propre à tout soldat qui se respecte » (Courteline).
⊗ CONTR. Mépriser; profaner. 1. Dégrader, démolir, polluer; compromettre, déroger, enfreindre, violer.

respecter verbe transitif (de respect) Traiter quelqu'un avec respect, déférence, avoir de la considération pour ses opinions : Je respecte vos convictions. Observer ce qui a valeur de règle, s'y conformer : Respecter sa signature. Respecter l'ordre alphabétique. Ne pas porter atteinte à quelque chose : Respecter le sommeil de quelqu'un.respecter (citations) verbe transitif (de respect) Henri Frédéric Amiel Genève 1821-Genève 1881 Respecter dans chaque homme l'homme, sinon celui qu'il est, au moins celui qu'il pourrait être, qu'il devrait être. Journal intime, 10 février 1846 respecter (synonymes) verbe transitif (de respect) Traiter quelqu'un avec respect, déférence, avoir de la considération pour...
Synonymes :
- considérer
- révérer
- vénérer
Observer ce qui a valeur de règle, s'y conformer
Synonymes :
- obéir

respecter
v.
rI./r v. tr.
d1./d éprouver du respect pour (qqn).
d2./d Observer (une prescription, une interdiction, un ensemble d'usages ou de règles). Respecter la loi, les règlements.
|| Ne pas porter atteinte à (qqch). Respecter la propriété.
rII./r v. Pron. Avoir une conduite en rapport avec sa condition; se conduire de manière à garder l'estime de soi. Agir en homme du monde qui se respecte.
(Récipr.) Ils se respectent l'un l'autre, gage d'entente.

⇒RESPECTER, verbe trans.
A. — [Corresp. à respect B]
1. Considérer quelqu'un avec respect, porter une profonde estime à quelqu'un, le traiter avec égards en raison de son âge, sa position sociale, sa valeur morale ou intellectuelle. Synon. honorer, révérer. Respecter ses parents, ses professeurs. Il l'appelait: « Bon ami » et le respectait infiniment, n'ayant jamais reçu de lui que des enseignements sages et des exemples de droiture, d'honneur et de probité (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Attente, 1883, p. 408). Un mariage, c'était un accord que les parents réglaient: il était du devoir des filles de se tenir prêtes à respecter et aimer leur époux tel qu'on le leur donnait un beau jour (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 57).
[Avec un compl. plur. ou sing. coll. désignant un groupe humain] Avoir pour principe de considérer, d'estimer les personnes appartenant à ce groupe. Respecter les hommes, la personne humaine, les faibles. Un peuple qui, à notre époque, après le vertige dont l'Europe a été saisie récemment, a le courage de n'avoir qu'une armée absolument inutile, est un peuple sage, sérieux, et qu'il faut respecter (DU CAMP, Hollande, 1859, p. 115). Il me répéta que notre société ne respecte que les femmes mariées (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 324).
En partic. S'abstenir de privautés, de relations charnelles avec une femme. Il écrivait à Harriet de longues lettres où il lui jurait en même temps de la respecter et de l'adorer éternellement (MAUROIS, Ariel, 1923, p. 99). Il lui paie des leçons de chorégraphie, des robes, des bijoux. Mais il la respecte (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 77).
Se faire respecter. Imposer une attitude de respect à autrui par son autorité. M. Lebrun faisait du zèle. Dans les études des petits, il avait attendu qu'on le provoquât; ici, il pensait se faire respecter en prenant l'offensive (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p. 65). Si tu as des brebis, ne fais pas le fou, mange ton sel doucement. Maintenant, tu es de cette maison. Obéis bien aux femmes et fais-toi respecter (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 38).
2. P. ext. Avoir de la considération pour une valeur intellectuelle, un idéal. Respecter le passé, la science, l'art, l'amour. On respecte la religion, mais on se tient en garde contre ses envahissements; on lui fait sa part, à elle qui n'est quelque chose qu'à condition d'être tout (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 472). Il était le fils de grands commerçants nantais qui élevaient admirablement leurs enfants, mais qui avaient fini par ne plus respecter que l'esprit (NIZAN, Conspir., 1938, p. 75).
Empl. abs. Je respecte très bien, quand il faut; quand je veux, quand je sais qu'il faut, quand je suis averti, quand je me méfie (PÉGUY, V.-M., comte Hugo, 1910, p. 679).
3. Ne respecter rien. Avoir un comportement anticonformiste, iconoclaste ou destructeur. Mais vous devenez fou, monsieur! Il est riche, il gagne ce qu'il veut dans la commission, et il a promis de doter Berthe... Vous ne respectez donc rien? (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 31):
1. Le 25 et le 26 commencèrent d'affluer à Paris ceux qui fuyaient les villages incendiés. Un vieillard arrivait presque fou (...) qui répandait autour de lui l'épouvante. « Nous ne sommes pas de force! répétait-il. Nous ne sommes pas de force! Ces gens-là ne respectent rien ».
GIDE, Journal, 1914, p. 477.
B. — 1. [Corresp. à respect D] Ne pas porter atteinte à une chose établie, un droit, une loi, ne pas déroger à une règle, à ce qu'il convient de faire. Respecter les prérogatives, les (dernières) volontés de qqn; respecter les libertés, les droits des peuples; respecter un code, une norme, un règlement; respecter les apparences, les convenances, les délais; respecter les consignes de sécurité; ne pas respecter un stop. Cependant il importe que mes décisions soient respectées dans ma famille, et que la folie d'un vieillard et le caprice d'une enfant ne renversent pas un projet arrêté dans mon esprit depuis de longues années (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 23). La concurrence est un combat, mais qui respecte les règles du jeu social, c'est-à-dire qui se déroule dans des conditions telles que la collectivité doit être servie, en fin de compte (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 402).
Tenir compte, suivre scrupuleusement un plan, un ordre. Respecter la mesure d'une partition, la rime, la chronologie; respecter les proportions d'une recette. Il faut donc respecter ces divisions [dans le chant grégorien] autant que possible, par la composition de trois périodes musicales, subdivisées par deux (POTIRON, Mus. église, 1945, p. 115). Les méthodes d'élevage sont imposées, des schémas d'alimentation précis doivent être respectés (WOLKOWITSCH, Élév., 1966, p. 157).
2. [Avec un compl. d'obj. concr.] Ne pas détruire ou modifier quelque chose. Synon. épargner, ménager1. Le port a été partiellement respecté par la guerre, et sa puissance de manutention et de stockage était établie dès la fin de 1947 (Nav. intér. Fr., 1952, p. 63).
3. En partic. Ne pas troubler, ne pas déranger, avoir des égards pour quelque chose. Respecter le chagrin, la discrétion, la douleur, l'intimité, la vie privée, la rêverie, les fantaisies, les secrets de qqn. Quand les pauvres diables se furent retirés, Vallombreuse se jeta sur une pile de carreaux, et garda un silence que Vidalinc respecta (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 218). L'ingénieur fit un léger signe affirmatif, et parut s'endormir. On respecta ce sommeil, et le reporter prit immédiatement ses dispositions pour que l'ingénieur fût transporté dans les meilleures conditions (VERNE, Île myst., 1874, p. 67).
C. — Empl. pronom.
1. réciproque. Avoir une considération mutuelle. L'élément ludique est d'autant plus apparent que les deux champions se respectent et s'estiment. Le combat d'Olivier et de Roland, tel que le décrit Victor Hugo, est à la fois un jeu et une ordalie (Jeux et sports, 1967, p. 774).
2. réfl. Avoir un comportement conforme à sa dignité, à l'estime qu'on a de soi:
2. Mais, tête à tête avec moi, elle fait si bon marché de sa dignité que j'en souffre pour elle, et que chaque fois qu'elle s'abaisse devant moi pour me plaire, je voudrais me jeter à ses genoux et la supplier de se respecter davantage, de se respecter comme je la respecte moi-même.
LARBAUD, Barnabooth, 1913, p. 147.
Fam. Subst. + qui se respecte. [Le suj. désigne une pers.] Personne dont le comportement est conforme à ce qu'on attend de sa fonction, de sa compétence, de sa position morale ou sociale et/ou à l'idée qu'elle s'en fait. Elle entrevoyait bien qu'il n'eût pas été décidément impossible de l'amener à une façon raisonnable, et philosophique, et politique, de voir les choses, mais c'est toujours une discussion terrible, pour une femme qui se respecte (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 306). On était chez soi, et les mots exquis, délicieux, adorable, que tout Français qui se respecte doit prononcer vingt fois par jour, crépitaient comme les étincelles de l'enfer (LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p. 46).
P. anal. [Le suj. désigne une chose] Un journal, grand ou petit, qui se respecte, défend sans doute des opinions qui ne sont pas toujours celles de ses lecteurs (...) mais il ne se livre jamais aux chantages surprenants que M. Mouthon prêtait à ses anciens patrons (COSTON, A.B.C. journ., 1952, p. 146).
REM. Respecté, -ée, part. passé en empl. adj. ) [En parlant d'une pers.] Qui est digne de respect, d'estime, de considération, que l'on respecte. Ce costume, devenu avec le temps le signe d'un ordre à part, était celui que portaient autrefois toutes les femmes respectées (RENAN, Drames philos., Abbesse Jouarre, 1886, II, 1, p. 632). Il épouse Marthe, fille de Charles Le Pesant, conseiller du roi et maître ordinaire de ses comptes en Normandie. C'est un homme respecté, riche, il possède plusieurs maisons (BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 19). [Dans une formule de politesse] Monsieur et respecté confrère, on me remet la carte que vous m'avez fait l'honneur de déposer chez moi (BARRÈS, Cahiers, t. 4, 1905, p. 80). ) [En parlant d'une chose abstr. ou concr.] Qui mérite le respect, à qui l'on doit le respect, qui est digne d'intérêt. La conception astronomique de Copernic, de Képler, de Galilée a dû, pour s'imposer, triompher d'une résistance opiniâtre: des théories anciennes et respectées, des croyances religieuses, des habitudes d'esprit et des sentiments invétérés se trouvaient coalisés contre cet ennemi commun (LÉVY-BRUHL, Mor. et sc. mœurs, 1903, p. 205).
Prononc. et Orth.:[], [-spe-], (il) respecte [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1554 « considérer comme une chose dont on doit tenir compte » (Papiers d'Etat du card. Granvelle, éd. Ch. Weiss, t. 4, p. 327: respectant l'estat de ce royaulme); 2. 1566 « porter respect, honorer » (RIVAUDEAU, Complaintes, 3 ds HUG.: Il me chaut point... qu'on m'honore et respecte); 3. 1573 « ne pas porter atteinte, préserver » (BAIF, Poèmes, l. V, II, 244, ibid.: puis que si fort respectes Nostre amitié); 4. ca 1590 « suivre scrupuleusement ce qui est indiqué, conseillé » (MONTAIGNE, Essais, I, 39, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 242: Qu'il se régente, respectant et craignant sa raison et sa conscience). Empr. au lat. respectare, propr. « regarder en arrière », de là « avoir en vue; prendre en considération, se préoccuper de ». Cf. la forme pop. a. fr. respitier (ca 1135 « épargner » Couronnement de Louis, éd. Y.-G. Lepage, réd. AB, 1310), respoitier (1160-74 « ajourner » WACE, Rou, éd. A.-J. Holden, II, 1839). Fréq. abs. littér.:3 792. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 6 747, b) 5 246; XXe s.: a) 4 769, b) 4 687.

respecter [ʀɛspekte] v. tr.
ÉTYM. 1554, « considérer, tenir compte de… » → Respect, 1.; l'anc. franç. respitier, respiter signifiait « épargner, sauver »; dér. de respect.
1 (1560). Compl. n. de personne. Considérer avec respect (2.), honorer d'une déférence profonde, marquée. Honorer, révérer, vénérer; égard (avoir des égards). || Respecter ses parents, ses chefs. || On le craint et on le respecte. || Se faire aimer et respecter.Respecter Dieu. Adorer. || Respecter Dieu en l'homme (→ Dignité, cit. 5).Spécialt. Traiter avec respect, en évitant de choquer. || « Mais le lecteur français veut être respecté » (→ Honnêteté, cit. 10, Boileau).Respecter une femme, s'abstenir de toute privauté (et, spécialt, de relations charnelles) avec elle. || Ce jeune homme (cit. 154) aime les femmes et les respecte comme s'il en avait peur.(Compl. n. de chose). || Respecter l'honneur d'une femme (→ ci-dessous, cit. 2.1).
1 (…) je vous respecte trop, et vous et Messieurs vos parents, pour avoir la pensée d'être amoureux de vous.
Molière, George Dandin, I, 6.
2 Respectez l'enfance, et ne vous pressez point de la juger, soit en bien, soit en mal.
Rousseau, Émile, II.
2.1 Voilà ce que je souffris, Madame, mais mon honneur au moins se trouva respecté si ma pudeur ne le fut point.
Sade, Justine…, t. I, p. 42.
3 Nous respectons malgré nous ceux que nous voyons respectés.
Joseph Joubert, Pensées, V, CVII.
4 (…) tout ce qui est fort se fait respecter ou craindre.
B. Constant, Journal intime, 1er avril 1804.
5 (…) le jeune duc aimait les femmes; mais il les mettait trop haut, il les respectait trop, il les adorait, et il n'était à son aise qu'avec celles qu'on ne respecte pas.
Balzac, Modeste Mignon, Pl., t. I, p. 503.
6 Je respecte très bien, quand il faut; quand je veux, quand je sais qu'il faut, quand je suis averti, quand je me méfie; les compartiments sociaux, les catégories sociales. Je respecte très bien. Je sais très bien; respecter.
Ch. Péguy, Victor-Marie, comte Hugo, p. 32.
7 Je vous estimais un garçon sérieux. J'avais confiance en vous. Je n'aurais jamais pensé que vous en abuseriez, pour essayer de tourner la tête à ma fille. Elle était sous votre garde. Vous deviez la respecter, me respecter, vous respecter vous-même.
R. Rolland, Jean-Christophe, « Le matin », III, p. 215.
Respecter une valeur morale, un idéal. || Respecter le passé (cit. 1). || « Tuez les hommes, mais respectez les œuvres » (→ Patrimoine, cit. 5).
Ne pas s'immiscer dans. || Respecter la vie intime (cit. 9) de ses voisins.
2 (XVIIe). Compl. n. de chose. Ne pas porter atteinte à…, considérer comme digne d'être conservé, préservé. || Respecter une promesse, un accord, une clause, un contrat. Garder, observer (I.). || Respecter les convenances, les bienséances. Épargner, obéir (à). || Respecter l'intégrité territoriale de la France (→ Outrecuidant, cit.). || Respecter les formes (cit. 65), les pratiques (→ Harmoniser, cit. 1), les conserver, ne pas les modifier. || Respecter une tradition, la maintenir, la perpétuer (→ Fève, cit. 2).Respecter la grammaire, la syntaxe.Rapporter fidèlement. || Respecter chaque circonstance, dans un rapport (cit. 6).
8 Ici l'histoire nous offre une comédie sérieuse, la plus propre à nous faire comprendre combien les Romains respectaient la lettre aux dépens de l'esprit.
Michelet, Extraits historiques, « Histoire romaine », p. 28.
9 (…) les chartes, les traités, les constitutions, tous les serments en un mot, ne sont bons à respecter que tant qu'on n'est pas assez fort pour les violer.
Renan, Questions contemporaines, t. I, p. 54.
10 (…)Jupien respectait aussi naturellement la syntaxe que M. de Guermantes, malgré bien des efforts, la violait.
Proust, le Côté de Guermantes, Pl., t. II, p. 308.
(Avec un compl. désignant un objet concret). Ne pas détruire, ne pas modifier (→ Endroit, cit. 6; poirier, cit. 1).
11 La maladie ne respecta que ce qu'elle ne pouvait atteindre, les yeux et les dents.
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 544.
Loc. Ne rien respecter.
12 — Un fragment d'armée étrusque a pénétré jusqu'à Deuf Omécourt. Il a saccagé le bureau des douanes et le bureau du télégraphe.
— Quelles vaches ! I n'respectent rien ! De vrais vandales !
R. Queneau, le Chiendent, p. 396.
(1672). Avoir égard à. || Respecter le sommeil de ses voisins : ne pas le troubler. || Respecter une grande douleur : montrer devant elle de la pitié, de la compassion, de la discrétion… (→ Indifférence, cit. 14).
——————
se respecter v. pron.
ÉTYM. (1740).
« Agir de manière à conserver l'estime de soi-même » (Littré).
Fam. Qui se respecte : qui est fidèle à son métier, à sa réputation, etc. || L'artiste qui se respecte (→ Galvauder, cit. 5).
(1875). Par plais. Digne de ce nom. || Ce besoin de hâblerie (cit. 3), propre à tout soldat qui se respecte.
——————
respecté, ée p. p. adj.
|| Un homme respecté (→ Lépreux, cit. 3; passe, cit. 10). || Le chef (cit. 12) doit être digne d'être respecté. || Un nom respecté (→ Frasque, cit. 5). || Un habit respecté (→ Hypocrisie, cit. 10).
CONTR. Dédaigner, insulter, manquer, mépriser, moquer; blasphémer, fouler (aux pieds), profaner. — Attenter, blesser, braver, commettre, compromettre, contrevenir, corrompre, dérober, déroger, désobéir, détourner, dévaster, empiéter, endommager, enfreindre, forcer, franchir, violer.
DÉR. Respectable.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • respecter — Respecter. v. a. Honorer, reverer, porter respect. Respecter la vieillesse. respecter la qualité. respecter les lieux saints, les lieux sacrez. je l ay tousjours honoré & respecté. si je ne respectois son caractere, &c. Il sign. fig. Espargner,… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Respecter — Re*spect er ( ?r), n. One who respects. [1913 Webster] {A respecter of persons}, one who regards or judges with partiality. [1913 Webster] Of a truth I perceive that God is no respecter of persons. Acts x. 34. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • respecter — [ri spek′tər] n. a person who respects respecter of persons one whose behavior toward people is influenced by their social status, prestige, etc …   English World dictionary

  • respecter — (rè spè kté) v. a. 1°   Porter respect, honneur. •   Ils n ont point appréhendé de tomber dans la haine pour éviter le mépris ; ils se sont fait craindre, ne pouvant se faire respecter, BALZ. De la cour, 2e disc.. •   Le pape saint Léon, plus… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Respecter —          AMIEL (Henri Frédéric)     Bio express : Écrivain suisse d expression française (1821 1881)     «Respecter dans chaque homme l homme, sinon celui qu il est, au moins celui qu il pourrait être, qu il devrait être.»     Source : Fragments… …   Dictionnaire des citations politiques

  • RESPECTER — v. a. Honorer, révérer, porter respect. Respecter la vieillesse. Respecter la qualité. Respecter les lieux saints. Je l ai toujours honoré et respecté. Si je ne respectais son caractère... C est un homme qui ne respecte rien.   Il signifie… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RESPECTER — v. tr. Honorer, révérer, porter respect. Respecter la vieillesse. Respecter les lieux saints. Je l’ai toujours honoré et respecté. Si je ne respectais son caractère... C’est un homme qui ne respecte rien. Un nom, un titre respecté. Il signifie,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • respecter — re|spect|er [rıˈspektə US ər] n 1.) be no respecter of persons formal to affect all people in the same way, whether or not they are rich or powerful ▪ Disease is no respecter of persons. 2.) be a respecter of sth to have respect for something… …   Dictionary of contemporary English

  • respecter — [[t]rɪspe̱ktə(r)[/t]] respecters 1) N COUNT: usu N of n If you say that someone is a respecter of something such as a belief or idea, you mean that they behave in a way which shows that they have a high opinion of it. Ford was a respecter of… …   English dictionary

  • respecter — noun (C) be no respecter of persons to be equally harmful towards all people whether they are rich or poor, important or ordinary: Disease is no respecter of persons …   Longman dictionary of contemporary English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.